le projet la saison professionnels liens
  saisons personnalités spectacles événements chantiers conférences cinéma stages  
 
     
       centre de ressources > personnalités > rémy héritier > spectacles > percée persée >  
 
Percée Persée

[présentation]  [photos]

 


chorégraphie Rémy Héritier interprétation Rémy Héritier, Eric Yvelin musique Éric Yvelin texte & voix Marcelline Delbecq (Ellie Ga dans la version en anglais) lumière Ludovic Rivière
 

« La danse de Percée Persée est ce que j’appelle une "danse située" : une danse située sait où elle se trouve. Une danse située ne décrit pas l’endroit où elle se trouve. Une danse située est un objet autonome. Une danse située est une danse qui se déroule invariablement vers le futur quitte à y rencontrer son passé. Une danse située est une danse qui réconcilie contenu et contenant. Une danse située dépose des indices sur son passage. Une danse située est une danse de la reconstitution, une danse qui enquête (pour les performeurs comme pour les spectateurs). Une danse située est une carotte géologique : un millefeuille d’autant de strates à traverser. Percée Persée s’adosse à l’inscription visuelle, au tracé invisible laissé sur le sol par la danse.
Au vu des enjeux décrits, le mot danse peut ici être remplacé par celui de musique afin d’augmenter l’appréhension de la pièce.
Percée Persée donne au spectateur la possibilité de faire des "prophéties rétrospectives". »


 

Le pourvoyeur d’espaces
 
« Dans Percée Persée, Rémy Héritier bat en brèche cette représentation très installée de l’espace, qui consiste à l’imaginer sous la forme d’un volume stable.
Pendant d’assez longues minutes au début de Percée Persée, le plateau de scène reste vide de présence humaine. Est-ce à dire qu’il s’agit d’un espace vide ? Non. Il est percé par un jeu de douches et balayages lumineux divers et successifs, qui l’habitent méthodiquement. Voici donc un espace lamellé et percé d’attentes, tant le référent spectateur appelle irrépressiblement une action dès qu’un cercle lumineux se dessine sous le regard.
Il est alors loisible de mieux apprécier le paysage d’un espace offert et déjà frémissant. On en remarque le pourtour, cerné de rideaux de bords et fond de scène, mais disposés de biais, et pour l’un des pans coupés à mi-hauteur ; par ailleurs laissant envisager le passage ménagé derrière eux. Ces quelques variations à l’égard des règles convenues du pendrillonage produit un appel mental, embrayent sur un potentiel de dramatisation de l’espace même qu’ils architecturent. Enfin on remarque une enceinte de diffusion du son, posée à vue à même le plateau, pour l’heure muette, excitant d’autant les attentes. Tout est alors extrêmement sobre, net et étudié ; mais déjà opérant pour tisser avec la salle mille liens d’attention et de suggestion. Percée Persée a en fait déjà débuté, comme un poème d’articulations différées de présences, conjuguant les puissances du son, des volumes et d’une incarnation humaine.
Rémy Héritier s’avance. Très sobre lui aussi. Un paradoxe ne cessera d’animer sa danse : autant son geste paraît économe, sec, dénué de toute emphase et encore moins décoration, autant c’est malgré tout à profusion qu’il paraît en développer, patiemment, les motifs. On lui trouve une force à rebours, qui rappellerait un travail d’eaux-fortes. De peu de pas, à la juste croisée de ses verticalité et horizontalité, ce danseur creuse l’espace avec lequel il fait corps, paraît toujours conscient d’en arpenter les mesures, en remontant gravement vers lui-même des segments fléchis de membres, des jambes ascencionelles à la verticale vers son menton, avec nettes flexions de buste, ou pliés latéraux, dans une studieuse énergie de la trace, géographiquement ancrée dans des motifs croisés au sol, presque rosaces, qu’agacent à peine quelques accents soudain plus marqués.
Quelque chose se suspend dans cette écriture assurée ; mais s’accumule aussi. Motif après motif, relances après relances, retours après retours du danseur qui n’hésite pas à disparaître à la vue pour parcourir les bords et arrières de scène, peu à peu le regard pense reconnaître un geste déjà aperçu, retrouver une coordination déjà expérimentée. Une mémoire est en train de s’activer dans l’instant de l’acte, dont n’est pas absente un effet de persistance rétinienne.
Ce danseur sculpte dans la masse d’espace, y sectionne et en arrache tel copeau, telle pellicule, et cela se joue dans une globalité de regards en partage. Il y aurait là comme une transe gelée, servie par un derviche qui évoluerait en carré, et presque à l’arrêt. Mais tout de même obséderait. L’espace entier vibre à cet échange (attentes, absences, supposés). Mais on allait oublier un acteur essentiel. Percée Persée est – humainement parlant – un duo en fait : la condensation et fluctuation de ses matières d’espace sont tout autant pétries par les sons qu’y injecte, selon des principes analogues, le guitariste Eric Yvelin. »

Gérard Mayen in mouvement.net, 19 février 2014


jeudi 12 juin à 19h | vendredi 13 juin à 21h | friche la belle de mai


 

production GBOD !
co productions Le Vivat d’Armentières, scène conventionnée danse et théâtre, Kunstencentrum Buda, Kortrijk
résidences Vivat d’Armentières, scène conventionnée danse et théâtre, Les Laboratoires d’Aubervilliers (prêt de studio 2012), Centre Chorégraphique National de Montpellier – Mathilde Monnier
avec le soutien de la Ménagerie de Verre dans le cadre des Studiolabs
GBOD ! / Rémy Héritier est soutenu par la DRAC Nord Pas-de-Calais au titre de l’aide à la compagnie

 

 

 
   
 

marseille objectif DansE : Friche la Belle de Mai 41 rue Jobin - 13331 Marseille cedex 3 - 33[0]4 95 04 96 42 - info@marseille-objectif-danse.org

>

> dernière mise à jour : 02.12.2017